Coach en seduction

Quel est le travail d’un coach en séduction ?

Quels sont les problèmes auxquels est confronté un coach en séduction ? Patrick Harris, écrivain, journaliste, conférencier et coach certifié, premier coach en séduction de France en 1992 vous en donne ici la liste.

Ils sont au moins au nombre de 5

1/Les problèmes de l’âme sœur.

C’est la situation la plus courante, qui touche les hommes comme les femmes. L’élève a besoin des conseils de son coach, car il recherche une relation sérieuse, il souhaite bâtir un couple durable, fonder une famille.

En général, l’âge de cet élève varie de 25 à 55ans. Il s’agit fréquemment d’une personne qui a brillamment réussi sa vie professionnelle, après s’être investi dans ses études et consacré à son travail.  Cette situation l’a emmené à délaisser volontairement ou non sa vie privée. Il relève la tête, et constate avec tristesse qu’il est célibataire depuis trop d’années… Autre cas de figure : il s’est marié « au hasard », en saisissant la première occasion qui s’est offerte à lui. Or, quand un homme ou une femme se met en couple sans avoir eu l’opportunité de choisir, de sélectionner la bonne personne, le couple se déchire environ 19 fois sur 20. Attendre passivement que l’amour nous tombe dessus « comme une tuile », est la meilleure façon de se confronter à un échec sentimental bien souvent douloureux. Elle était notre collègue de fac ? On l’a rencontré dans l’ascenseur au travail ? George nous l’a présentée dans une soirée ? Le feeling semble passer, se concrétise dans la chambre à coucher et, mettant notre raison de côté faute de mieux, on se marie. Puis on divorce.

Quand vous serez coach en séduction, vous permettrez à un élève qui appartient à cette catégorie à choisir, et à utiliser sa raison pour ne pas se tromper. Il y a des astuces pour savoir si une femme est bien et le restera.

Patrick Harris est fier d’obtenir un résultat de 92,7% de réussite dans cette activité. S’il vous forme, vous parviendrez au même pourcentage de succès.

2/ Les problèmes de conquête.

En 25 ans de métier, Patrick Harris n’a jamais eu à faire à ce problème de la part d’une femme. L’élève, en effet, demande tout simplement à son coach de l’aider à multiplier les rencontres, les conquêtes, les aventures. Celui-ci a la volonté d’être capable d’aborder une jolie femme dans toutes les situations, que cela soit dans la rue, dans un bar, dans un parc ou ailleurs, il souhaite souvent, également, maîtriser à la perfection ses recherches sur les sites internet de rencontre.

Ses demandes ne s’arrêtent pas, bien entendu, à la phase de la rencontre, il désire par ailleurs les méthodes de PNL qui permettent de faire naître le désir, il souhaite pourvoir rendre la jeune femme amoureuse le plus vite possible… Il sera donc passionné par l’ensemble de votre enseignement, que celui-ci concerne la rencontre ou la séduction.

Faut-il le juger ? Ou même pourquoi pas l’écarter de vos clients parce que vous estimez que ses volontés ne sont pas déontologiques ? Certainement pas. En effet, le processus qui adviendra, et ce de manière récurrente, est exactement le même que dans le premier problème, celui de l’âme sœur. En effet, celui qui recherche le ou la partenaire de sa vie est obligé dans un premier temps de multiplier les rencontres pour trouver la bonne personne. Or, celui qui veut multiplier les conquêtes finira par trouver la perle qu’il ne voudra pas laisser partir, et il se mariera ! Vous devez donc considérer et travailler de la même façon pour des problèmes d’âme sœur que pour des problèmes de conquêtes.

3/ Les problèmes de maîtresse.

Pire, apparemment, que les problèmes de conquête, votre élève vous consulte dans l’objectif de trouver une maîtresse. Là encore, seuls les hommes ont le courage de voir un coach pour faire cette démarche. L’élève est marié depuis 10 ou 20 ans, il a souvent pensé au divorce sans franchir le pas pour différentes raisons : les enfants, la peur de la solitude, le regard des autres, ou tout simplement la peur de faire souffrir une femme à laquelle finalement il est attaché, ou même pourquoi pas qu’il aime encore…

Là aussi, faut-il le juger ? Certainement pas.  D’une part, parce que ce votre rôle n’est pas de porter un jugement, d’autre part, parce que si un élève désire vos conseils, c’est qu’il souffre. Or vous devez soigner tout mal d’origine amoureuse.  Et puis rassurez-vous, la plupart du temps, si vous lui permettez de trouver une maîtresse, il se rendra compte qu’il a confondu l’amour et le désir, et cela le rapprochera de sa femme. La morale est alors sauve !

4/ les problèmes ponctuels

Ils constituent le cas de figure le plus compliqué pour un coach en séduction. Votre élève vous demande de séduire une personne en particulier, fréquemment son ex qu’il désire retrouver plus que tout. Certains coachs promettent en outre à leurs clients une efficacité maximale dans cette configuration. « Ne vous inquiétez pas, on va le re séduire, signez ici ! » disent-ils… Je reconnais que cette démarche commerciale est habile, car l’élève est le plus souvent en proie à une grande souffrance, et il est prêt à tout pour qu’on lui redonne un espoir. Certains consultent même des marabouts pour ce genre de sujets, par ailleurs…

Il est honteux de ne pas dire la vérité. La vérité, c’est qu’il est tout à fait possible de mettre en place une stratégie de séduction pour augmenter les probabilités de réussite, mais en aucun cas de réussir à coup sûr. Si l’autre est partie parce qu’il est tombé follement amoureux, il n’est alors possible que de prendre en compte la phrase d’Horace : « La patience adoucie tout mal sans remède ». La patience, ou le temps…

Un bon coach en séduction doit donc dire à son client : Si à l’heure actuelle les probabilités de retour sont de 10%, on va tout tenter pour les faire augmenter à 40%, mais puisqu’il reste 60% d’échecs potentiel, laissez-moi dans ce dernier cas vous faire rencontrer quelqu’un d’autre que vous allez peut-être adorer. Et dans un ou deux ans, vous aurez probablement oublié le nom de votre ex !

5/ Les problèmes de timidité

94% des hommes se disent timides lorsqu’il s’agit de faire le premier pas. A ne pas confondre avec la confiance en soi, qui est l’estime que l’on se porte inconsciemment, bien souvent en fonction des rapports que l’on a entretenus avec ses parents pendant l’enfance. Or, on peut avoir confiance en soi en étant timide, et vice versa…

Pour comprendre ce qu’est la timidité elle-même, il est possible de faire une analogie avec le saut à l’élastique. Ce dernier sport extrême procure une terreur tout aussi extrême. En effet, quand vous êtes sur le pont et que vous regardez en bas, votre inconscient fait l’association entre le vide et la mort, et puisqu’une de ses fonctions c’est de vous protéger, il crée les effets de la peur pour que vous ne sautiez pas. Mais vous vous raisonnez, vous pensez que vous ne risquez rien, et vous sautez. Enfin, souvent… Par contre, si vous sautez 20 fois, la 21ème fois vous n’aurez plus peur. Pourquoi ? Parce que votre inconscient aura constaté 20 fois que sauter avec un élastique aux pieds n’apporte pas la mort.

Le processus est exactement le même en ce qui concerne la timidité.

Quand vous apercevez une jolie jeune femme au soleil à la terrasse d’un café, vous estimez qu’en l’abordant, votre vie pourrait être transformée. Mais votre inconscient fait l’association entre l’inconnue et la souffrance, et pour vous protéger de celle-ci, il crée les effets de la timidité. « Elle doit déjà avoir un petit ami, et puis je ne suis pas un dragueur », pensez-vous alors, et vous passez votre chemin. Comment faire comprendre à votre inconscient qu’aborder une jeune femme ne génère pas de souffrance ? Tout comme au saut à l’élastique, vous devez aborder 10, 20 ou 30 inconnues sans souffrir, et cette partie mystérieuse de votre cerveau ne créera plus les effets de la timidité, puisqu’il estimera ne plus avoir à vous protéger. Et pour ne pas souffrir, il suffit simplement de demander votre chemin ou un renseignement quelconque aux jeunes femmes que vous croisez ! Celles-ci vous répondront donc avec le sourire, et cela rassurera votre inconscient. Une fois la peur de la rencontre éloignée, vous aurez la possibilité, avec les conseils en communication de votre coach en séduction, de briser la glace avec celle qui deviendra peut-être votre nouvelle amie…

Votre formateur de coachs en séduction Patrick Harris

Renseignez-vous :  Action séduction : 06.76.19.55.52  7j/7

Ou envoyez nous un message ICI